Titre

Tractatus chirurgiae : Tractatus brevis et dilicidus de chirurgicis operationibus praefatio [Traité de chirurgie]

Description

Un édit royal de 1691 dissocie les professions de barbier et de chirurgiens : ces derniers devront suivre une formation pratique et une formation théorique d'une faculté de médecine. Une reconnaissance scientifique acquise contre les médecins

Créateur

Douté, Philippe (16..-17.. ; médecin)

Source

BU médecine-ondotologie (Marseille), cote BUT MS 7 in-8° (RES 10 768)

Éditeur

s.n. (sl)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

pas de notice calames
Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/042833701
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/BUT-MS-7_8°_Doute_Tractacus_vignette.jpg

Format

application/pdf
1 vol.
194 p. ms : fig.
170 x 118 mm (in-8)

Langue

Type

text
manuscrit
manuscript

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/795

Couverture

Résumé

Mention manuscrite sur la p. de garde : "Don du Dr Ch. Bernard".
Texte en latin. à l'encre brune

Jusqu'au 18e siècle, c'est le barbier chirurgien (1), profession apparue vers la fin du 12e siècle, qui réalise les actes de chirurgie.

Barbier-chirurgiens et médecins, complémentarité, rivallité

Mais avec les progrès des connaissances anatomiques, les chirurgiens les plus lettrés voudraient que leur art devienne une discipline universitaire à part entière, tout en contrôlant la formation des barbiers-chirurgiens. Les médecins, inquiets pour leurs prérogatives, refusent l'entrée de cette discipline non-universitaire dans les facultés de médecine : le Parlement de Paris leur donnera raison en 1660.

Les techniques de sutures des plaies (Philippe Douté, 1695)

Seul feuillet illustré du traité - Les techniques de sutures des plaies (page verso)

Mais à la fin du 18e siècle, deux évènements vont modifier le cours du conflit à la faveur des chirurgiens (qui auront le dernier mot) et des chirurgiens-barbiers (2) :

- en 1686, le chirurgien Charles-François Felix de Tassy parvient avec succès à soigner Louis XIV d'une redoutable fistule anale. Reconnaissant, le Roi accorde ses faveurs aux chirurgiens de Versailles : une promotion sociale autant que scientifique, et qui recevra une consécration par la création de l'Académie Royale de Chirurgie en 1748

- en 1691 a lieu la séparation des barbiers-chirurgiens et des barbiers-perruquiers, ce qui les oblige à renoncer au cumul des deux professions : soit devenir perruquiers, soit devenir chirurgiens, mais plus savants, en abandonnant la barberie. L'édit de 1691 scelle d'autant plus cette scission professionnelle qu'il impose aux chirurgiens un apprentissage pratique appuyé sur une formation théorique en faculté de médecine, les séparant définitivement du métier de barbier. Revers pour les médecins, l'édit leur octroie une reconnaissance universitaire équivalente à celle dont bénéficie depuis longtemps la médecine.

Réf.
1. Histoire : médecine, médecins et chirurgiens sous l'Ancien Régime, in Future Sciences
2. Le barbier chirurgien, in Wikipédia

Provenance

BU médecine-odontologie (Marseille)
Fichiers
BUT-MS-7_8°_Doute_Tractatus-chiae.pdf

Collection

Citer ce document

Douté, Philippe (16..-17.. ; médecin), “Tractatus chirurgiae : Tractatus brevis et dilicidus de chirurgicis operationibus praefatio [Traité de chirurgie],” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 20 octobre 2021, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/795.

Formats de sortie

Position : 768 (267 vues)

Bibliographie

Embed

Copy the code below into your web page