Titre

Lettres sur les deux ouvrages de M. Portalis, étudiant en droit, en l'université d'Aix

Description

Tout le monde admet que si l'on veut critiquer une idée ou une œuvre, il faut bien la citer. Mais emprunter tels quels ou à peine retouchés des extraits, s'assimile au plagiat, la pire accusation que l'on puisse adresser à un auteur.

Créateur

Portalis, Jean-Étienne-Marie (1746-1807)

Source

Bibliothèque Méjanes (Aix-en-Provence), cote In 16 pcs 652

Éditeur

Chez Louis Chambeau imprimeur (Avignon)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

pas de notice sudoc
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/Mejanes-in-16-pcs-652_Lettres-Portalis_vignette.jpg

Format

application/pdf
1 vol.
48 p.
in-16

Langue

Type

text
monographie imprimée
printed monograph

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/1018

Couverture

Autre forme de titre

Observations sur Emile (Jean-Étienne-Marie Portalis, 1864)
Prejugés (Des). Idée générale des préjugés (Jean-Étienne-Marie Portalis, 1864)

Résumé

Quand on aime, on ne compte pas. Il est sûr que Portalis cite de nombreuses fois les grands auteurs comme Gresset, Massillon (premier texte) et Rousseau, Montesquieu, Malebranche, Ceruti, Voltaire (second texte). Difficile de ne pas multiplier les citations quand on rédige une analyse critique. Et dans le choix des œuvres, Portalis a plutôt bon goût, en tous les cas, il choisit parmi les plus célèbres.

Copier sur son voisin ou comment s'attibuer sans peine le travail des autres

Mais quand on n'aime pas, on compte encore moins et le polémiste, à la plume particulièrement acide, pourtant plein de bonnes intentions au départ, ne se prive pas d'accabler Portalis sur tous les plans :

- sur le fond : il confond ce qu'il comprend avec les thèses réelles (les passions pour les préjugés, par ex.)
- sur la forme : n'ayant rien à dire, il construit un texte de pure opposition aux ceux qui remplissent déjà les bibliothèques
- sur la méthode : il convoque les auteurs qui vont dans le sens de ce qu'il veut démontrer
- sur la manière : (re)copier, ce n'est pas seulement déloyal envers ses sources et son lectorat, c'est la preuve d'un manque total de capacité créatrice.

Pourquoi deux lettres ? Parce que Portalis a publié deux ouvrages, le premier sur Rousseau "Les observations sur Emile" et le second sur les "Préjugés" ou "Idée générale sur les préjugés". Déjà excédé par le premier ouvrage où il accuse à plusieurs reprises Portalis de plagiats, la formule la plus sévère tombe au début de la seconde critique : "Quand il cite les auteurs une fois, il les copie dix fois". Juriste plagiaire : un parfum de double faute.

Pour confondre Portalis, l'accusateur (a priori resté anonyme), oppose en regard l'un de l'autre les textes des auteurs originaux et ceux du jeune juriste ambitieux, téméraire et pressé. Une confrontation pour le moins troublante pour les uns, un flagrant délit pour d'autres. Une erreur de jeunesse qui ne gâchera pas son avenir (nous n'avons pas connaissance d'une plainte en diffamation de J.-E.-M. Portalis à l'époque).

Le document original du milieu du 18e siècle reproduit provient des collections de la Bibliothèque Méjanes de la ville d'Aix-en-Provence. Nous la remercions ici grandement ainsi que sa directrice, Mme Aurélie Bosc.

Provenance

Bibliothèque Méjanes (Aix-en-Provence)
Fichiers
Mejanes-in-16-pcs-652_Lettres-Portalis.pdf

Citer ce document

Portalis, Jean-Étienne-Marie (1746-1807), “Lettres sur les deux ouvrages de M. Portalis, étudiant en droit, en l'université d'Aix,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 25 septembre 2023, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/1018.

Formats de sortie

Position : 1007 (163 vues)

Embed

Copy the code below into your web page