Titre

Theophili Antecessoris Institutionum libri IV. Carolus Annibal Fabrotus,... ex tribus mss. codd. biblioth. regiae recensuit et scholiis graecis auxit. Idemque Jacobi Curtii latinam interpretationem emendavit et notas adjecit. Huic editioni accessere graeca titulorum "De Verbor. significatione" et "De Reg. juris" fragmenta...

Description

Rédigées en grec, les Institutes de Théophile constituent une "savante paraphrase" des Institutes de Justinien rédigés en latin

Source

Bibliothèque de droit Schuman (Aix-en-Provence), cote RES 20712

Éditeur

Mathurin Du Puis (Paris)

Date

Contributeur

Fabrot, Charles-Annibal (1580-1659), traducteur

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : http://www.sudoc.fr/201667908
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/RES-020712_Theophili-antecessoris_vignette.jpg

Format

application/pdf
1 vol.
[30]-916 p., [1] f
In-4

Langue

Type

text
monographie imprimée
printed monograph

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/120

Couverture

Résumé

Charles-Annibal Fabrot (1580-1659), juriste d’origine aixoise, a pu côtoyer dans sa jeunesse le futur garde des Sceaux et juriste Guillaume du Vair ou encore l’intellectuel Nicolas Peiresc. Devenu professeur de droit à l’université d’Aix en Provence, il s’installe à Paris en 1637, vexé de ne s’être vu offrir un poste plus rémunérateur qu’à la condition de passer un concours. Son oeuvre majeure, et monumentale, sur les Basiliques, est accessible en ligne.
Un flou demeure sur la question de l’auteur des Institutes de Théophile, quant à savoir s’il s’agissait d’un juriste contemporain de Justinien ayant contribué à l’élaboration de la codification de l’empereur ou bien d’un juriste postérieur. Rédigées en grec – alors que les Institutes de Justinien l’étaient en latin – les Institutes de Théophile constituaient une savante paraphrase de cette oeuvre.
Fabrot se chargea, quant à lui, d’en faire une traduction en latin, qu’il dédia au chancelier Séguier dont il était proche, accompagnée de notes. Les deux langues figurent dans l’ouvrage. Une réédition suivra en 1657. L’étude de la correspondance de Peiresc permet de savoir qu’en 1629, Fabrot avait déjà élaboré ce travail, mais les circonstances – particulièrement la peste – différèrent sa publication. Il envoya également son manuscrit à Genève, mais le repris, espérant en tirer meilleur parti à Paris.
Sources : Dictionnaire historique des juristes français, XII-XX siècle, PUF, 2007, notice de P. Bonin, p. 319-320;
Notice sur la vie de C.A. Fabrot, de Charles Giraud, Aix, Aubin, 1833.

Provenance

Bibliothèque droit Schuman (Aix-en-Provence)
Fichiers
RES-020712_Theophili-antecessoris_L-1-2.pdf
RES-020712_Theophili-antecessoris_L-3-4.pdf

Citer ce document

“Theophili Antecessoris Institutionum libri IV. Carolus Annibal Fabrotus,... ex tribus mss. codd. biblioth. regiae recensuit et scholiis graecis auxit. Idemque Jacobi Curtii latinam interpretationem emendavit et notas adjecit. Huic editioni accessere graeca titulorum "De Verbor. significatione" et "De Reg. juris" fragmenta...,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 21 avril 2019, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/120.

Formats de sortie

Embed

Copy the code below into your web page