Titre

Organisation (L') du travail et le foyer domestique

Description

En cette fin du 19e siècle, les familles ouvrières, toujours menacées d'expulsion, s'entassent dans des immeubles insalubres. Un appel contre ce fléau social et une dénonciation de la précarité, précurseur d'un droit au logement

Créateur

Ribbe, Charles de (1827-1899). Auteur

Source

Bibliothèque droit Schuman (Aix-en-Provence), cote RES 35125

Éditeur

typ. A. Pougin 'Paris)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/09078894X
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/RES-35125_Ribbe_Organisation-travail_vignette.jpg

Format

application/pdf
1 vol.
35 p.
in 8°

Langue

Type

text
monographie imprimée
printed monograph

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/803

Couverture

Résumé

Extrait du Moniteur Universel (Notes)

Charles de Ribbe, avocat aixois, fin connaisseur et historien attentif de la société provençale, privilégie toujours l'aspect social et moral dans ses analyses de la société française de la seconde moitié du 19e siècle.

Pour lui, le plus grand ennemi de la cohésion sociale et de la prospérité économique est la précarité du logement (qu'il appelle instabilité) imposée aux ouvriers. La raison en est bien connue : les logements construits en collectifs sont devenus des taudis que Ch. de Ribbe dénonce sur un ton étonnamment très politique : "Ces immenses habitations collectives, de cinq ou six étages, à logements si réduits, ne sont pas des foyers; ce sont des capitaux, et les locataires y sont traités, ils s'y renouvellent comme des valeurs de bourse".

La précarité du travail comme du logement, symbole de la condition ouvrière (fin 19e siècle)

La question des conditions de vie des classes populaires et laborieuses ne laisse pas indifférents nombre d'écrivains et penseurs politiques de cette fin de siècle, à l'instar de Jules Simon, homme politique contemporain de Ch. de Ribbe, dans ses écrits de philosophie politique.

Jules Simon (1814-1896)

Mais si J. Simon, que Ch. de Ribbe cite à plusieurs reprises, affirme bien que le salut de l'ouvrière passe par la famille, il s'en tient à une défense strictement libérale et donc purement abstraite (la transmission de l'habitation paternelle appartient à une époque révolue) : la famille, ciment de la société, restera constamment menacée dans son unité par la question du logement parce que la révolution industrielle a condamné les travailleurs, faute de moyens, à n'être plus que des locataires à la merci des propriétaires dont l'unique préoccupation est le profit. Une critique sans fard d'un ultralibéralisme pour qui seule la régulation spontannée résout naturellement tous les problèmes économiques et sociaux.


Provenance

Bibliothèque droit Schuman (Aix-en-Provence)
Fichiers
RES-35125_Ribbe_Organisation-travail.pdf

Citer ce document

Ribbe, Charles de (1827-1899). Auteur, “Organisation (L') du travail et le foyer domestique,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 28 septembre 2021, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/803.

Formats de sortie

Position : 787 (74 vues)

Bibliographie

Embed

Copy the code below into your web page