Titre

livre de famille (Le) : conférence faite à l'assemblée des catholiques le 12 juin 1878 ; [Lettre de son Eminence le Cardinal Donnet]. - 2e éd.

Description

La famille, fondement de toute vie humaine digne et morale, doit résister au tumulte du temps qui passe. Comment ? En consignant dans un registre tout ce qui lui arrive sur les plans matériel et spirituel. Ch. de Ribbe s'occupe du modèle à suivre

Créateur

Ribbe, Charles de (1827-1899). Auteur
Donnet, Ferdinand (1795-1882). Préfacier, etc.

Source

Bibliothèque droit Schuman (Aix-en-Provence), cote RES 38588

Éditeur

A. Mame et fils (Tours)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/112316697
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/RES-38588_Ribbe_Livre-famille_vignette.jpg

Format

application/pdf
1 vol.
28 p.
22 cm

Langue

Type

text
monographie imprimée
printed monograph

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/949

Couverture

Résumé

La bonne fortune de l'avocat Ch. de Ribbe, c'est justement sa fortune familiale : bien qu'avocat, elle le dispense de devoir travailler pour gagner sa vie. Même s'il s'intéresse à d'autres questions (par ex., le reboisement de la Provence) et écrit pour des revues agricoles, ce qui l'intéresse, c’est surtout la société humaine, sa cohésion et sa stabilité (vu sa situation...). Pour lui, les choses sont simples : les trois piliers d'une vie morale et ordonnée sont la famille, la religion et la propriété. L'ordre importe peu, la famille, c'est la cellule de base, la propriété, le ciment social et la religion le ciment spirituel de la société.

Le vrai problème de ses contemporains et de la société française en cette fin de 19e siècle tient en quelques mots : "L'individualisme est posé comme le but du progrès. La famille n'est plus qu'une institution éphémère; le foyer se détruit matériellement et moralement; la terre, fécondée par les vertus et le travail des ancêtres, est assimilée aux valeurs de bourse et traitée comme elles. Notre état domestique et social est la liquidation en permanence. Tout est instable"

Bref, nous sommes emportés par un matérialisme débridé qui ne s'arrête jamais (malheureux Héraclite) : il faut trouver un ancrage solide, enraciner la famille dans sa propre histoire, construire ce récit clair et instructif qui retrace sa généalogie, qui consigne les grands évènements qui la constituent (mariages, naissances, décès), transmets ses valeurs et dresse le bilan de son patrimoine.

Ch. de Ribbe a trop appris sur les coutumes de l'ancienne Provence par les livres pour savoir que la mémoire humaine est souvent partielle, volatile, subjective, parfois même trompeuse : un livre se transmet, s'enrichit, se consulte, s'enseigne. Ch. de Ribbe sait ce qu'il en coûte de manquer de sources : il voue un culte à l'archive. Il connaît bien les "Livres de raison" ou "Livres domestiques" (le plus ancien date du 14e siècle - Archives de Marseille), d'abord conçus comme de simples livres de comptes, répandus dans plusieurs pays d'Europe, certains sont devenus des registres plus spécialisés comme le Livre terrier (copie des titres de propriété) ou le Livre de généalogie (preuves des filiations). Ch. de Ribbe, toujours en quête d'ordre moral, s'est particulièrement intéressé aux livres de raison enrichis de préoccupations plus spirituelles.

Livre de raison : état de mes fonds & de ceux de ma femme (Joseph-Marie Portalis 1803-1832)
état des dépenses de 1803, BU Schuman - Réserve - cote ARCH-2-153-2-Portalis (1)

La même année (1879), il publiera "Le livre de famille" accompagné d'un second registre vierge avec un titre imprimé et un sommaire indiquant les chapitres à ouvrir (les éditeurs lui recommandent de les vendre séparemment). Lors de sa conférence, sorte de campagne de communication sur son prochain livre auprès d'un public bien ciblé, il ne sait pas encore quelle forme définitive lui donner : "L'expérience dira comment et dans quelles conditions devrait être publié un petit livret tout populaire" (3).

Le livre famille (de Ribbe, Charles, 1879) - Gallica

Le livre de famille élaboré par Ch. de Ribbe, est un modèle qui n'oublie rien du passé (ancêtres, parents), qui dresse le bilan du présent (mariage, enfants, l'état des biens) et qui pense à l'avenir (testaments, conseils des parents en toutes matières - religion, bonnes meurs, spectacles, lectures, travail, éducation, serviteurs, épargne). Famille, propriété et religion : trois bonnes raisons de tenir un livre de raison. Un livre qui doit dépasser le souci boutiquier du bilan comptable, transcender les tourments de chaque roman familial individuel et constituer une ligne de vie édificatrice : le livre de famille qui s'écrit, c'est l'esprit de famille en marche.

______________
1. 2. de Ribbe, Charles.-  Le Livre de famille, 1879. - Gallica
2. faut-il voir une malice de la part de l'auteur quand il fait la promotion de son Livre de famille : difficile d'éviter tout rapprochement avec le Livret de famille qui vient d'être créé deux ans plus tôt (1877) après la destruction (incendie) des états civils parisiens (couvrant les années 1530 à 1870) : depuis cette perte irréparable, un livret officiel est remis à chaque famille, livret qui reprend tous les actes la concernant, une sorte de copie individuelle de sauvegarde pour pallier toute destruction...
3. de Ribbe, Charles.-  Le Livre de famille, 1879. - Gallica

Provenance

Bibliothèque droit Schuman (Aix-en-Provence)
Fichiers
RES-38588_Ribbe_Livre-famille.pdf

Citer ce document

Ribbe, Charles de (1827-1899). Auteur et Donnet, Ferdinand (1795-1882). Préfacier, etc., “livre de famille (Le) : conférence faite à l'assemblée des catholiques le 12 juin 1878 ; [Lettre de son Eminence le Cardinal Donnet]. - 2e éd.,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 3 décembre 2022, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/949.

Formats de sortie

Relations entre contenus

Ce contenu Relation Item: Livre de raison : état de mes fonds & de ceux de ma femme

Position : 919 (130 vues)

Bibliographie

Embed

Copy the code below into your web page