Titre

Annuaire économique colonial : commerce et production des colonies françaises et des matières premières coloniales

Description

Dans les années 1920, les colonies françaises exportent une grande partie de leurs productions vers la métropole et pourraient facilement produire les matières premières que la France continue d'importer de l'étranger

Créateur

Institut Colonial de Marseille (Marseille)

Source

Archives nationales d'outre-mer (ANOM, Aix-en-Provence), cote A61

Éditeur

Institut Colonial (Marseille)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/145562662
Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/243168365
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/ANOM_A61_Annuaire_economique_colonial_vignette.jpg

Format

application/pdf
3 vols
260 p. ; 433 p. ; 501 p.
cm

Langue

Type

text
publication en série imprimée
printed serial

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/806

Autre forme de titre

Commerce (Le) et la production des colonies françaises (Suite)

Résumé

Les 2 premières éditions ont paru sous le titre : Le Commerce et la production des colonies françaises. 1ère éd. manquante

Prend le titre d'annuaire à partir du 3e volume publié en 1929 : " Ce volume constitue l'édition de 1929 de l'ouvrage que nous consacrons annuellement au commerce et à la production des colonies françaises. Il nous est apparu que nous devions lui donner le titre d'Annuaire en raison de son caractère annuel[...] et pour en marquer davantage la périodicité" Préf. d'Emile Baillaud.

Au milieu des années 1920, la France, affaiblie par le 1er conflit mondial, voit dans ses colonies l'espoir d’un redémarrage économique rapide. Dans les échanges avec la métropole, l’Afrique y tient, et de loin, la première place avec 68% des valeurs du commerce extérieur (en 1926, l'Indochine vient juste de dépasser les 12% de ce total).

Probablement en raison de leur proximité géographique et de l'ancienneté de leur occupation par la France, l'Algérie, la Tunisie et le Maroc réalisent 60% des exportations et 52% des importations de toutes les colonies, l'Algérie à elle seule 38% des importations et 36% des exportations en valeur. Situation qui favorise considérablement le port de Marseille. Au delà de cet avantage compétitif local, réunir ces données est un préalable capital à toute politique économique coloniale selon l'Institut Colonial.

Sacs d'arachides en gare de Rufisque en partance pour Dakar (Sénégal - AOF, 1936), ill.

Critiquant le manque de consignes nationales pour obtenir des chiffres normalisés, fiables et à jour, il met en garde sur ses propres insuffisances et sur tous les biais qui faussent les statistiques ou en rendent impossible leur comparaison : recueil incomplet et osbolète, données hétérogènes, cours instable du franc, etc

Compte tenu de ces réserves, l’Institut met en avant son travail sur les données exclusivement quantitatives, dont seule l’évolution est importante et s’étonne que de multiples commissions s’interrogent régulièrement sur l’interprétation de chiffres présentés comme mystérieux.

Pourtant l’équation est d’une grande simplicité : pour chaque produit, il suffit de comparer le chiffre des quantités totales qu'elles exportent et celui des quantités que la Métropole leur demande complété de celui de ce qu'elle importe de l'étranger. L’écart entre les deux montre le besoin réel de la Métropole, sauf s’il existe des raisons qualitatives objectives de vouloir importer de l’étranger des denrées que l’on produit déjà.

Les bilans peuvent être excédentaires : obliger les colonies à exporter la totalité de leur production vers la Métropole est une mesure simpliste qui pouvait prévaloir pendant la guerre mais ne se justifie plus aujourd’hui. A l’inverse, la balance peut être déficitaire et la France doit alors en tirer les conséquences.

Par exemple, en 1926, le ratio importation des colonies françaises / importation de l'étranger est excellent pour certaines denrées (les colonies couvrent 100% des besoins en vanille, 87% pour l'arachide, 92% pour le manioc) alors que le taux de couverture est totalement désastreux pour d'autres : 98% des importations de coton proviennent de l'étranger, 97% pour le café, 92% pour la laine, 87% pour le riz, et que dire du sucre, des peaux, ou du coprah...

L’Institut Colonial reste fidèle à sa doctrine : le développement des colonies doit s’appuyer sur une expertise scientifique. Les statistiques ne sont pas une fin en soi, comme le sont les rapports officiels du Ministère des Colonies, mais doivent servir de guide aux actions correctives à apporter à l’économie : en cas d'écart considérable entre le besoin d'une denrée et sa production, si les chiffres ne résolvent pas les problèmes, ils donnent au moins toutes les bases pour calculer objectivement les investissements nécessaires en matière de surfaces, de capitaux, de main d’œuvre et de moyens de transports pour rééquilibrer la balance. CQFD

Table des matières

A quelques excetions près, les différentes éditions statistiques adoptent un plan de présentation assez similaire pour les colonies. La section consacrée aux produits n'aapparaît qu'à partir de l'année 1929 : le titre principal devient "Annuaire économique colonial".

1ère partie - Les colonies

Algérie
Tunisie
Maroc
Afrique Occidentale Française
- SÉNÉGAL
- GUINÉE FRANÇAISE
- CÔTE D'IVOIRE
- DAHOMEY
- SOUDAN FRANÇAIS
- MAURITANIE
- NIGER
Togo
Cameroun
Afrique Equatoriale Française
- GABON
- MOYEN-GONGO
- OUBANGUI-CHARI
- TCHAD
Madagascar
Côte Française des Somalis
Établissements Français dans l'Inde
Indochine
- COCHINCHINE
- ANNAM
- TONKIN
- CAMBODGE
- LAOS
- KOUANG-TCHÉOU-WAN
Réunion
Guadeloupe
Martinique
Guyane Française
Nouvelle-Calédonie
Nouvelles-Hébrides
Saint-Pierre et Miquelon
Établissements Français de l'Océanie
Syrie et Grand-Liban

2ème partie - Les produits

Le Blé
Le Riz
Manioc, Arrow-Root et Sagou
Les Matières Grasses
Le Café
Le Cacao
Le Thé
Le Sucre
Les Poivres et Piments
Les Bananes, Oranges et Citrons
Le Tabac
Le Caoutchouc
Le Coton
La Laine
Le Jute
La Soie
Les Cuirs et Peaux
Les Bois

Provenance

Archives nationales d'outre-mer - ANOM (Aix-en-Provence)
Fichiers
ANOM_A61_Commerce_colonies_françaises_1928.pdf
ANOM_A61_Annuaire_economique_colonial_1929.pdf
ANOM_A61_Annuaire_economique_colonial_1930.pdf

Citer ce document

Institut Colonial de Marseille (Marseille), “Annuaire économique colonial : commerce et production des colonies françaises et des matières premières coloniales,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 20 octobre 2021, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/806.

Formats de sortie

Position : 781 (139 vues)

Bibliographie

Embed

Copy the code below into your web page