Titre

contrôle civil de Béja (Le) : rapport à M. le Résident Général S. Pichon

Description

Trois ans après l'instauration du Protectorat français en Tunisie (1881), la démilitarisation du contrôle civil tente d'établir de nouveaux rapports entre l'administration coloniale et les chefs indigènes en conciliant tutelle et respect...

Créateur

Violard, Emile. Auteur

Source

Bibliothèque droit Schuman (Aix-en-Provence), cote RES 30936

Éditeur

Imprimerie rapide (Tunis)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : http://www.sudoc.fr/262874989
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/RES-30936_Violard_Controle-civil-Beja_vignette.jpg

Format

application/pdf
1 vol.
92 p.
cm

Langue

Type

text
monographie imprimée
printed monograph

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/904

Résumé

La Tunisie du Nord ; 2 (Appartient à la collection)

Pour Béja, deux mille ans d'histoire, ce sont d'abord les Romains (quatre siècle d'occupation), puis les invasions Vandales au 5e siècle, ensuite celles des Arabes à parti du 7e siècle (1) et enfin les Français au 19e siècle dont le Protectorat, institué en 1881, met un terme à une longue période "d'oubli et de décadence" (dixit l'auteur).

Après la première phase militaire de l'occupation territoriale, la France met en place une administration coloniale qui repose, à l'échelon local, sur le contrôle civil : ce maillage du territoire s'appuie sur les pouvoirs locaux traditionnels, les caïdats et les cheikhats, mais reste administré par un contrôleur civil aux pouvoirs relativement étendus : il renseigne la Résidence générale sur tout ce qui se passe dans sa sa circonscription, encadre toutes les administrations tunisiennes, contrôle toutes les correspondances adressées aux caïds ou émises par eux, donne son avis sur toutes les nominations (fonctionnaires civils et religieux), gère l'État-civil des Français et dirige la police locale.

La commune de Béja, située à env. 110 km à l'Ouest de Tunis, connue dans l'Antiquité sous le nom de Vaga, et créée 13 juillet 1887, sera le siège de l'un de ces 20 contrôles civils. En 1931, il comptera quatre 4 caïdats composés de 28 chekhats (2).

La résidence du Contrôleur civil de Béja (avant 1905)

Dans son rapport rédigé début 1905 à l'attention du Résident Général, l'auteur peut-il dire autre chose que l'œuvre de colonisation dans le contrôle civil de Béja a été couronnée de succès ? Dans tous les cas, il ne peut savoir que malgré la volonté de concilier administration coloniale et pouvoirs traditionnels, les contrôles civils mis en place entre 1884 et 1897 ne réussiront pas à créer une administration harmonieuse qui aurait fusionné tutelle et respect : mais s'ils sont assez rapidement contestés (3), ils se maintiendront jusqu'en 1956.

1. J. Toutain. - Les cités romaines de la Tunisie : essai sur l'histoire de la colonisation romaine dans l'Afrique du Nord in Wikimédia
2. Protectorat français de Tunisie : Création des contrôles civils - in Wikipédia
3. Elisabeth Mouilleau. - Les contrôleurs civils en Tunisie (1881-1956)

Provenance

Bibliothèque droit Schuman (Aix-en-Provence)
Fichiers
RES-30936_Violard_Controle-civil-Beja.pdf

Citer ce document

Violard, Emile. Auteur, “contrôle civil de Béja (Le) : rapport à M. le Résident Général S. Pichon,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 29 septembre 2022, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/904.

Formats de sortie

Géolocalisation

Position : 892 (200 vues)

Bibliographie

Embed

Copy the code below into your web page