Titre

Traité pratique des maladies des pays chauds. Tome troisième et dernier, Maladies des systèmes lymphatique et cutané. Parasites, animaux nuisibles

Description

Pour un médecin colonial, les pays chauds sont le réservoir naturel de toutes sortes de maladies peu ou mal connues et de parasites tropicaux tout aussi inquiétants et qui n'épargnent ni les voyageurs ni les autochtones

Créateur

Roux, Fernand (18..-19.. ; médecin colonial). Auteur

Source

BU médecine-ondotologie (Marseille), cote BUT 1196

Éditeur

G. Steinheil (Paris)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : http://www.sudoc.fr/253181232
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/BUT-1196_Roux_Traite-maladie-pays-chauds_vignette.jpg

Format

application/pdf
1 vol.
380 p.: ill.
21 cm

Langue

Type

text
monographie imprimée
printed monograph

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/734

Résumé

Troisème et dernier tome d'un ensemble publié en 3 Volumes.

Les pays européens qui bâtissent ou étendent leurs empires coloniaux au cours des 19e et 20e siècles (Allemagne, Belgique, France, Grande Bretagne, Italie,...) sont tous confrontés au même défi : lutter contre les redoutables maladies tropicales et les nombreux parasites qui menacent en permanence la santé des êtres humains et des animaux.
Une nouvelle figure de la santé publique : le médecin-colonial

Après les missionaires qui, par vocation, ont très souvent construit des dispensaires de soins, les médecins militaires, d'abord appelés à soigner les corps expéditionnaires, finissent par s'occuper des populations autochtones, jusque là cantonnées à la médecine traditionnelle. Si les motivations de ces médecins sont multiples (respect d'un serment universel, intérêt professionnel, idéal humaniste ou encore simple curiosité), ils concourent à la constitution d'un vaste corpus de données scientifiques et d'observations cliniques et thérapeutiques.

Au cours des années 1930, la pratique, l'enseignement médical et la recherche hospitalière à Marseille prennent un caractère résolument colonial : les 2/3 des crédits nationaux affectés à la santé publique des colonies sont attribués à son École d'application (Service de santé colonial), à son Institut de médecine coloniale et à la création d'un Hôpital colonial (1931).

Provenance

BU médecine-odontologie (Marseille)
Fichiers
BUT-1196_Roux_Traite-maladie-pays-chauds.pdf

Citer ce document

Roux, Fernand (18..-19.. ; médecin colonial). Auteur, “Traité pratique des maladies des pays chauds. Tome troisième et dernier, Maladies des systèmes lymphatique et cutané. Parasites, animaux nuisibles,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 5 août 2021, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/734.

Formats de sortie

Position : 626 (385 vues)

Bibliographie

Embed

Copy the code below into your web page