Titre

Tlemcen et ses environs : guide illustré du touriste. Seconde édition

Description

Visiter Tlemcen ? Oui, si vous aimez la beauté des ruines, l'accueil de la population, l'exotisme et la douceur du climat. Mais surtout, si vous avez envie de rencontrer des gens très différents de vous et qui ne vivent pas comme vous.

Créateur

Bel, Alfred (1873-1945). Auteur

Source

Bibliothèque d'Antiquité d'Aix (BiAA - MMSH Aix-en-Provence), cote Af-Alg-23

Éditeur

A. Thiriat (Toulouse)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/101552157
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/BIAA-AF-Alg-23_Bel_Tlemcen-environs_vignette.jpg

Format

application/pdf
1 vol.
II-155 p. : couv. ill., ill., plan h. t. dépl., carte h. t. dépl. en coul. ; 22 cm
22 cm

Langue

Type

text
monographie imprimée
printed monograph

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/1014

Résumé

Bibliogr. p.151-155. Notes bibliogr. (Annexes)

Date la plus tardive citée dans le document : 1921, date probable de publication.

A n'en pas douter, Alfred Bel n'est pas l'inventeur des guides touristiques français (l'un des pus célèbres date de 1841 et l'un des plus vendus de 1900) mais l'un des premiers à proposer un sommaire très pédagogique : d'abord on apprend l'histoire (sinon on ne comprend rien), ensuite on visite la ville (sinon on apprend rien) et enfin, on découvre les environs (sinon on s'ennuie et on a rien à raconter). Un plan assez occidental et plutôt rationnel (du particulier au général) mais qui a tout son intérêt et qui structure toujours, un siècle plus tard, le sommaire de la plupart des guides classiques publiés sur papier.

L'entrée du mausolée de Sidi Bel Lhassen

Pour introduire ce guide destiné au touriste, A. Bel rappelle que la première édition de son guide était déjà épuisée avant 1914, terrible rançon du succès, mais que la paix revenue, le mouvement des touristes avait repris vers Tlemcen et un Syndicat d'initiative avait même était créé 6 mois après la fin de la Guerre (avril 1919) et commencé à distribuer des brochures illustrées (auxquelles il a bien sûr collaboré). Utiles mais un peu sommaires et superficielles, Bel propose donc au lecteur bénévole (l'élite cultivée veut toujours en savoir plus) un document plus consistant développant les aspects géographiques, historiques, archéologiques avec des notions d'art musulman et de vie religieuse, une seconde édition publiée 11 ans après la première légèrement mise à jour.

Le mausolée de Sidi Merzouq, à l'angle de la Grande Mosquée

Comme le guide s'adresse aux touristes, il ne se limite pas à l'iconographie austère des monographies d'archéologie classiques, en général des chantiers de fouilles et des vitrines du musée associé, mais montre la vie quotidienne de la population locale, population composée de trois groupes : les indigènes musulmans, les indigènes israélites et les européens (le critère religieux ne s'applique pas aux occidentaux). S'il s'attache à quelques portraits de musulmans et de juifs âgés, il ne développe rien sur les colons (absents de toutes les photographies, même de foules en extérieur, contrairement aux écrits scientifiques où certains archéologues se mettent volontiers en scène, histoire de dater et revendiquer leurs découvertes). Une discrétion volontaire : qui irait faire au minimum 1500 km et des dizaines d'heures de mer ou de route et de pistes pour retrouver ses compatriotes métropolitains ?

Un pélerinage des confréries religieuses à Sidi Bou Médine

Bel sait bien que s'ils sont la base des travaux sur toute civilisation antérieure, les vestiges et les recits ne résument pas une population. Sans verser dans le guide ethnographique, l'archéologue s'attarde aux lieux de vie comme les marchés aux bestiaux, aux lieux de consommation comme le marché à la viande ou aux vêtements et aux denrées alimentaires ou encore aux temps forts de la vie sociale comme les cérémonies religieuses et de détente comme les courses de chevaux en tenue d'apparat.

Place Bugeaud (un général fançais grand "pacificateur" de l'Algérie)
le marché aux nippes et de produits alimentaires

A l'opposé de certains voyagistes qui utilisent  aujourd'hui les sites antiques comme alibi culturel à leurs circuits touristiques des plus conventiels, A. Bel se passionne pour les fouilles archéologiques et les cultures anciennes. Mais s'il aime les vieilles pierres, il apprécie tout autant de connaître les habitants et échanger avec eux. Les cultures ne sont pas des produits de consommation que l'on s'approprie, ce sont des occasions de s'ouvrir aux autres et de rencontrer des gens qui ne vivent pas comme nous. L'intérêt et la curiosité accordés aux étrangers, deux composantes du respect que l'on porte à l'autre.

Numérisation Michel Kébaïli (Centre Camille Jullian – MMSH, Aix-en-Provence)

Provenance

Bibliothèque d'Antiquité d'Aix (MMSH, Aix-en-Provence)
Fichiers
BIAA-AF-Alg-23_Bel_Tlemcen-_environs.pdf

Citer ce document

Bel, Alfred (1873-1945). Auteur, “Tlemcen et ses environs : guide illustré du touriste. Seconde édition,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 14 avril 2024, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/1014.

Formats de sortie

Géolocalisation

Position : 990 (393 vues)

Embed

Copy the code below into your web page