Titre

Afrique romaine (L') : notes prises aux conférences faites au Cours d'instruction préparatoire au Service des Affaires indigènes d'Algérie-Tunisie. - Editions de 1927, 1946 et 1955

Description

Eugène Albertini ne prétend pas écrire l'histoire de l'Empire romain en Afrique du Nord : seulement en dresser un état en accompagnant son texte d'une riche illustration, un souci peu pris en compte par les historiens de l'Antiquité.

Créateur

Albertini, Eugène (1880-1941). Auteur
Algérie (période coloniale). Direction de l'agriculture, du commerce et de la colonisation. Éditeur scientifique
Leschi, Louis (1893-1954). Éditeur scientifique
Soustelle, M. J.. Éditeur scientifique

Source

Bibliothèque d'Antiquité d'Aix (BiAA - MMSH Aix-en-Provence), cote A-FA-53/1(1927); A-FA-53(1946; )A-FA-53/4(1955)
BU des Fenouillères - Arts, lettres et sciences humaines (Aix-en-Provence), cote 47123; 49164; 92671

Éditeur

Gouvernement général de l'Algérie (Alger)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/024007153
Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/17137553X
Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/010609245
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/Albertini_Afrique_romaine_vignette.jpg

Format

application/pdf
3 vols
1927 : 63 p., [7] f. de pl.) : ill., cartes
1946 : 101 p., 23 pl. : ill.
1955 : 130 p. 50 pl. : ill.
25 cm

Langue

Type

text
monographie imprimée
printed monograph

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/1039

Autre forme de titre

Afrique romaine (L') - Brochure publiée sous les auspices du gouvernement général de l'Algérie (1946)
Afrique romaine (Le) - Texte mis à jour en 1949 (1955)

Résumé

La note de bas de page de la réimpression donne la généalogie du texte de 1937 : "Cette brochure (imprimée pour la première fois en 1922, réimprimée en 1927, en 1932 et en 1937) est sortie de conférences faites en 1922 aux officiers qui se préparaient à entrer dans le Service des Affaires Indigènes; c'est la publication de notes prises à ces conférences par les auditeurs. On n'a rien changé à la forme première du texte, sauf quelques détails de rédaction ou de présentation; les indications bibliographiques ont été mises à jour.
Depuis la date de la dernière édition, Eugène Albertini est décédé en 1941. Le texte de 1937, qu'il avait revu lui-même, a été scrupuleusement conservé. Toutefois, la bibliographie a été complétée".

Carte de l'Afrique romaine : d'Azemmour (Ouest) à Leptis Magna (Est), de la Mauritanie à la Libye
Loin de Rome, 2 700 km de territoires, de routes et de côtes à contrôler...

L'édition scientifique et la mise à jour de 1949 de Louis Leschi ne porte que sur la réimprression du document commandé en 1955 par Jacques Soustelle, alors Gouverneur Général de l'Algérie (janvier 1955 - janvier 1956).

Djemila, la rue principale (édition 1927)

Ces notes et avertissements expliquent cette curiosité bibliographique : pourquoi un texte, strictement identique à une seule exception près, a-t-il fait l'objet d'autant d'éditions successives : 1922, 1932, 1937, 1946, 1949, 1950 et 1955 ? Une fréquence peu courante dans le monde de l'information archéologique (les guides à vocation touristique exceptés).

Vie réelle et détails quotidiens (occultés par les archéologues) : lignes télégraphiques et éclairage public
Tebessa, la porte de Salomon (édition 1946)

Parce qu'Eugène Albertini estime que l'actualisation de son texte dans sa version originelle n'apporterait rien, à l'exception d'un chapitre supplémentaire ajouté en 1937, le chapitre 6 traitant de la fin de la période romaine en Afrique (oubli ? demande de lecteurs ? observation de spécialistes de l'antiquité ?) et renvoie très humblement aux travaux des historiens confirmés de ce domaine et dont il présente les références bibliographiques (sans les compiler dans une obscure annexe de fin volume).

Timgad, vue aérienne générale (édition 1955)

Cette curiosité éditoriale obligeait à une légère entorse aux normes catalographiques en vigueur : les trois éditions de 1927, 1946 et 1955, ont donc été artificiellement réunies sur une seule et même notice  pour montrer l'évolution quantitative et qualitative de toute l'iconographie photographique qui, à l'évidence, n'a pas pour l'auteur un rôle illustratif ou ornemental mais une valeur documentaire centrale.

Nous savons qu'Albertini ne s'adresse pas aux archéologues mais à un public ciblé, les officiers français nouvellement nommés en Algérie : il s'agit donc d'une sorte de briefing professionnel chargé de sensibiliser le futur personnel français à l'étendue du patrimoine culturel local et à la réalité du terrain (après tout, il s'agit du Service des Affaires indigènes...) : d'où le nombre croissant de documents photographiques : 13 en 1927, 23 en 1946 et enfin 50 pour la dernière édition. Cette édition de 1955 (on suppose donc qu'il s'agit de l'iconographie d'avant 1941) élargit substantiellement ses sources, manifestement soutenues par des autorisations administratives qui ne doivent rien à la Providence : photos du Gouvernement Général, de l'Armée de l'Air (d'où les remarquables mais trop rares photograpies aériennes pleine page), de l'O.F.A.L.A.C. (Office Algérien d’Action économique et touristique), du Service des Antiquités, de Marcel Bovis et de Collections particulières.

Le Forum d'Hippone (édition 1955)

L'objectif pédagogique et de propagande (la très grande culture de J. Soustelle, Gouverneur général, ne l'empêche pas de croire dans l'avenir d'une Algérie française - nous sommes en 1955...) conforte un évident souci esthétique de la brochure (terme relatif pour un document de 130 pages dans sa dernière version). La qualité des prises de vue et le soin apporté à l'édition ne cessent de s'améliorer et le dernier cliché du Forum d'Hippone en témoigne, les tirages sépia aux grains pâteux, piquetés, surexposés, flous et brumeux sont révolus : une ligne d'horizon qui s'absorbe dans la végétation, un point de fuite qui se déporte hors du cadre, une lumière qui détache les colonnes de marbre blanc et révèle les reliefs les plus fins, une perspective qui n'écrase pas les détails de la chaussée, une voie dont on ne distingue pas la fin. Une mise en perspective qui n'est pas sans rappeler une certaine restitution romantique des ruines : là où l'archéologue étudie scientifiquement les œuvres d'art comme des pièces intelligibles du passé, le regard contemplatif de l'admirateur sublime les vestiges antiques en œuvres d'art.

Table des matières

Sommaire des 3 éditions :

1. Les limites de la domination romaine dans le temps et dans l'espace
2. Organisation administrative de l'Afrique romaine
3. Vie économique de l'Afrique romaine
4. Les Monuments romains de l'Afrique
5. La Vie intellectuelle et morale dans l'Afrique romaine
6. La fin de la période romaine en Afrique (le seul nouveau chapitre apparu en 1946)

La carte de l'Afrique romaine n'est présente en fin d'ouvrage que dans la réimpression de 1927.

Provenance

Bibliothèque d'Antiquité d'Aix (MMSH, Aix-en-Provence)
BU des Fenouillères - Arts, lettres et sciences humaines (Aix-en-Provence)
Fichiers
Albertini_Afrique_romaine_1927.pdf
Albertini_Afrique_romaine_1946.pdf
Albertini_Afrique_romaine_1955.pdf

Citer ce document

Albertini, Eugène (1880-1941). Auteur et al., “Afrique romaine (L') : notes prises aux conférences faites au Cours d'instruction préparatoire au Service des Affaires indigènes d'Algérie-Tunisie. - Editions de 1927, 1946 et 1955,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 12 juin 2024, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/1039.

Formats de sortie

Géolocalisation

Position : 989 (469 vues)

Embed

Copy the code below into your web page