Titre

Thugga : ruines de Dougga

Description

Louis Carton est archéologue et collectionneur : son nom reste attaché au très important site antique de Dougga (Tunisie). La rigueur de la science d'un côté, la passion du collectionneur de l'autre : deux motivations complémentaires ou concurrentes ?

Créateur

Carton, Louis (1861-1924). Auteur

Source

Bibliothèque d'Antiquité d'Aix (BiAA - MMSH Aix-en-Provence), cote Af.T.115
BU médecine-ondotologie (Marseille), cote T8715

Éditeur

L. Niérat et A. Fortin (Tunis)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/022343814
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/BIAA_Ruines_Dougga_Carton_vignette.jpg

Format

application/pdf
1 vol.
127 p.-[2] f. de pl. dont 1 dépl. : ill., couv. ill.
23 cm

Langue

Type

text
monographie imprimée
printed monograph

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/973

Résumé

Louis Carton est autant archéologue amateur que collectionneur éclairé et gourmand : son terrain de prédilection est la Tunisie, où il est nommé officier à la fin des années 1880.

Louis Carton (Villa Stella Kereddine)

Dès son arrivée en 1888, et plusieurs années de suite, il dégagera les ruines du site de Dougga (Nord-Ouest tunisien).

Site général de Dougga ou Thugga (Tunisie)

La présente monographie va au-delà d'une simple synthèse de ses 20 années de fouilles et propose de donner un fil conducteur pour les visiter et les comprendre, dans tous les sens du terme : au sens bien sûr historique mais aussi au sens pratique, tous les renseignements utiles (de Tunis à Dougga, le mieux c'est l'automobile !) étant prodigués au futur voyageur. Ce goût pour le tourisme, alimenté par ses travaux et sa connaissance du terrain, ne cessera de s'affirmer : après le Nord-Ouest de la Tunisie (un guide illustré ~ 1912 qui recommande cette fois le confort du wagon-restaurant !), il publiera en 1924 Pour visiter Carthage, le site punique qui l'intéressera passionnément.

Guide de Dougga par le Dr L. Carton (1)

Le plan final des ruines donne la mesure du site de Dougga qui s'étend sur plus de 70 ha. La petite ville romaine est alors et toujours considérée comme l'une des mieux préservées d'Afrique du Nord pour l'histoire antique.

Carte des ruines de Dougga (Carton, 1910)

En pleine campagne et niché sur une colline, le site a moins souffert que d'autres de la proximité de grandes localités qui menacent d'extension tout ce qui les bordent, favorisent les réaménagements urbains et attisent les tentations de pillage (le réemploi de matériaux de construction disponibles et à faible distance transforme n'importe quel site ou édifice en gisement pratique et peu coûteux).

Le Capitole (temple de Dougga)

Ce bon état de conservation rend encore plus intéressante la grande diversité d'édifices et d'infrastructures urbaines, comparable à celle des autres grands sites connus : acropole, temples (nombreux), théâtre, basilique, capitole, portes, hippodrome, thermes, citernes, aqueduc, habitations, murs d'enceinte, dolmens, etc.

Louis Carton n'est pas un archéologue ni de formation ni de métier : si la passion de ce médecin militaire l'a motivé à mener des fouilles et à se constituer une solide collection personnelle, elle ne l'empêchera pas de faire don de nombreuses pièces au Musée archéologique de Sousse, au Musée national du Bardo et à ce qui deviendra le Musée national de Cartage, institutions tunisiennes considérées aujourd'hui comme majeures par les spécialistes de l'Antiquité. De même que la communication scientifique n'était pas chez lui incompatible avec ses guides touristiques, une démarche peu conventionnelle et possiblement pas toujours désintéressée (vraiment plus que de nos jours les croisières accompagnées par d'éminents universitaires ?).

La villa Stella : chez le Dr L. Carton (2)

Louis Carton aurait été doublement intéressé d'apprendre que le site pour lequel il avait la plus grande admiration et où il a tant œuvré a été inscrit en 1997 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO (2) au titre des biens culturels (même très sélective, les principaux sites archéologiques de l'Algérie, du Maroc et de la Tunisie, sont classés au patrimoine mondial). Une reconnaissance universelle, une protection en principe garantie par un traité international mais aussi, rançon de la notoriété, une étape de choix pour le tourisme culturel...

Le théâtre de Dougga (© Asram / Wikipédia France)

Numérisation Michel Kébaïli (Centre Camille Jullian MMSH, Aix-en-Provence)

1. Louis Carton. - Le Nord-Ouest de la Tunisie : ruines romaines, forêts, montagnes, colonisation : guide illustré / [signé Dr. Carton] - site consulté Gallica
2. Louis Carton - site consulté Wikipédia

Provenance

Bibliothèque d'Antiquité d'Aix (MMSH, Aix-en-Provence)
BU médecine-odontologie (Marseille)
Fichiers
BIAA_AFT-115_Ruines-Dougga_Carton.pdf

Citer ce document

Carton, Louis (1861-1924). Auteur, “Thugga : ruines de Dougga,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 20 mai 2024, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/973.

Formats de sortie

Géolocalisation

Position : 919 (656 vues)

Embed

Copy the code below into your web page