Titre

Annuaire du Gouvernement général de l'Afrique occidentale française

Description

Constituée à partir de 1895, l'A.O.F. fédère le Sénégal, la Mauritanie, le Soudan français, la Haute-Volta, la Guinée française, le Niger, la Côte-d'Ivoire et le Dahomey : un immense et riche territoire grand comme huit fois la France.

Créateur

Afrique occidentale française. Éditeur scientifique

Source

Archives nationales d'outre-mer (ANOM, Aix-en-Provence), cote A29
Bibliothèque de droit Schuman (Aix-en-Provence), cote RES 100279

Éditeur

Impr. du Gouvernement (Saint-Louis)
E. Larose (Paris)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/039144763
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/ANOM-A29_Annuaire_AOF_vignette.pdf

Format

application/pdf
14 vols
13 007 p. ; cartes
24 cm

Langue

Type

text
publication en série imprimée
printed serial

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/935

Autre forme de titre

Annuaire du Gouvernement général de l'A.O.F. (Titre de couverture)

Résumé

Lacunes : 1901 & 1902 (recherches en cours)

Avertissement : les tableaux statistiques du personnel en service en A.O.F présentés en double page sont provisoirement affichés sur deux pages simples et seront progressivement remplacés par leur version définitive plus adaptée (programme octobre/novembre 2022).

Cette collection est d'abord un annuaire où sont répertoriés, de manière exhaustive (date de nomination et de promotion), le nom de tous les fonctionnaires, français et indigènes, civils et militaires, titulaires et auxiliaires, que la France emploie en A.O.F.. Mais elle ne se réduit pas à être le simple bottin administratif du Gouvernement Général, à la valeur documentaire parfois éphémère : ce qui en fait son plus grand intérêt, c'est qu'elle offre l'occasion au Gouverneur (par la suite, Haut-commissaire) de présenter le bilan annuel de son administration centrale (le Gouvernement général) et de ses huit colonies sous ses nombreux aspects comme les cartes territoriales civiles et militaires, le plan de quelques grandes villes, la démographie, l'économie (on connaît aussi le nom de toutes les entreprises installées localement, des négociants et des commerçants), l'éducation, la santé et les personnels militaires (l'A.O.F. possède sa propre organisation militaire, scolaire, judiciaire, médicale et sanitaire, vétérinaire, etc.).

Carte de l'AOF (territoires en jaune)

À sa création en 1895, l'A.O.F. ne compte que quatre États (colonies déjà existantes) : le Sénégal, le Soudan français, la Guinée française et la Côte d'Ivoire. Elle continuera à s'étendre, et après son extension à six États en 1904, elle regroupera huit pays en 1922 avec l'intégration de quatre autres pays : la Mauritanie, la Haute-Volta, le Niger et le Dahomey et ses dépendances.

Le palais du gouverneur de l'A.O.F., d'abord installé à St Louis puis à Dakar (Sénégal)

À son apogée en 1958 (année de sa disparition), cette fédération de colonies françaises de l'Afrique de l'Ouest s'étendra sur près de 4,7 millions de km² (8 fois la métropole), constituant plus d'un tiers de la superficie terrestre du Second Empire colonial français (13,5 millions de km²).

L'extraction du charbon par dragage (Dakar, AOF)

L'intérêt de la France pour l'A.O.F., et elle ne s'en cache pas, sont les promesses de matières premières de toutes sortes pour son industrie et son marché intérieur, d'abord naturelles et traditionnelles, comme les produits agricoles et forestiers, ensuite celles minières, tout ce dont la métropole estime manquer. Réciproquement, l'A.O.F. est un débouché potentiel non négligeable : au cours du premier quart du 20e siècle, le tonnage français débarqué et embarqué devance celui d'origine anglaise et italienne, le commerce avec les autres pays du monde restant assez marginal.

La carte télégraphique & postale : un enjeu de plus en plus stratégique (AOF)

L'immensité de ces territoires, la richesse de leur sous-sol, et une certaine menace concurrentielle (émergence de nations nouvellement colonisatrices comme la Belgique, l'Allemagne et l'Italie et dont les colonies africaines sont qualifiées "d'étrangères") vont intensifier les grands travaux d'infrastructure qui profitent opportunément de toutes les "avancées" techniques mises au service du génie mécanique et du génie civil : ports, routes, chemins de fer, extraction minière, défrichages massifs et importation de nouvelles méthodes culturales exogènes. Les bilans annuels font état des travaux à réaliser dans l'année.

L'importance des chemins de fer (voies exploitées et projets en AOF, 1911)

Pour la France, il est vital de drainer toute l'Afrique occidentale à partir des grands ports atlantiques (St Louis, Dakar, Conakry, Bingerville, Cotonou) et de les relier à l'arrière-pays situé plus à l'Est (Bamako, Ouagadougou). En s'assurant d'une continuité géographique par les voies de communication rapides et fiables qui vont du Sénégal au Nigéria, l'A.O.F. constituera une entité territoriale bien identifiée avec sa propre banque (celle du Sénégal), son droit d'émettre sa monnaie et un régime douanier particulier.

Les tirailleurs sénégalais (embarquement, 1917)

Facteur accélérateur de l'acculturation occidentale, la Première Guerre Mondiale donnera à la France une raison légitime d'incorporer massivement des troupes coloniales (au détriment de ses propres colonies) et de les envoyer sur le front. Si de nombreux hommes de troupe français, souvent d'origine rurale, voient pour la première fois des soldats de couleur, les tirailleurs sénégalais, eux, découvrent la terrifiante réalité des combats de tranchées et une Europe, prétendument civilisée, à feu et à sang où l'insupportable est devenu la norme. La patrie leur en sera reconnaissante et l'A.O.F., déjà présente à l'Exposition coloniale de Marseille de 1922 pour son soutien économique durant la guerre, aura droit à un pavillon d'exception à l'Exposition internationale de Paris de 1931...

Même si la répétition des plans et des cartes strictement identiques d'une année sur l'autre peut être lassante, quelques éditions (1909, de 1913-1914 à 1917-1921) feront l'effort d'illustrer leur bilan de photographies qui, pour banales qu'elles soient, sont toujours révélatrices du regard que les colonisateurs portent sur leurs œuvres et sur les populations colonisées.

Provenance

Archives nationales d'outre-mer - ANOM (Aix-en-Provence)
Bibliothèque droit Schuman (Aix-en-Provence)
Fichiers
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1900.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1903.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1904.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1905.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1906.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1907.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1908.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1909.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1910-1.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1910-2.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1911.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1912-1.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1912-2.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1913-1914.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1915-1916_1.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1915-1916_2.pdf
RES-100279_Annuaire-gouvernement_AOF_1917-1921.pdf
ANOM-A29_Annuaire_AOF_1922.pdf

Citer ce document

Afrique occidentale française. Éditeur scientifique, “Annuaire du Gouvernement général de l'Afrique occidentale française,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 27 septembre 2022, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/935.

Formats de sortie

Position : 913 (43 vues)

Bibliographie

Embed

Copy the code below into your web page