Titre

Chambre (La) de commerce de Marseille et le port de Marseille en 1905

Description

Le port de Marseille doit tout ou presque à la Chambre de Commerce : nouveaux bassins, larges quais, entrepôts et docks de très grande capacité, outillage moderne et puissant, voie ferrée, canal de jonction avec le Rhône...

Créateur

Batard-Razelière, A.. Auteur

Source

Bibliothèque droit Schuman (Aix-en-Provence), cote RES 31034

Éditeur

Typographie et lithographie Barlatier (Marseille)

Date

Droits

domaine public
public domain

Relation

Notice du catalogue : https://www.sudoc.fr/081145799
Vignette : https://odyssee.univ-amu.fr/files/vignette/RES-31034_Batard-Razeliere_Port-Marseille-vignette.jpg

Format

application/pdf
1 vol.
184 p., [2] f. de pl. dépl. : tabl., graph., cartes
26 cm

Langue

Type

text
monographie imprimée
printed monograph

Identifiant

https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/808

Couverture

Résumé

Jusqu'en 1853, le port de Marseille ne comporte qu'un seul bassin : le Port-Vieux. Quelques décennies plus tard, il compte 6 bassins supplémentaires : ceux de la Joliette, du Lazaret, d'Arenc, de la Gare Maritime, le bassin National et celui de la Pinède.

La configuration du port de Marseille en 1905

Les coûts de construction et d'aménagement de ces extensions ont été en très grande partie supportés par la Chambre de Commerce de Marseille. Mais ses investissements ne s'arrêtent pas là : ils soutiennent la construction de giganstesques docks (capacité de stockage de 150 000 tonnes) assortis d'une voie ferrée dédiée et financent tout l'outillage nécessaire aux opérations de chargement et déchargement des navires et stockage des marchandises.

Nouveau modèle de grue hydraulique (Marseille, 1905)

Pour compléter cette infrastructure portuaire très industrielle et qui tourne le dos en grande partie au centre ville, un pont dit transbordeur est constuit (1903-1905) à l'extrémité du Port-Vieux, reliant les forts Saint Jean et Saint Nicolas.

Le pont transbordeur de Marseille, aujourd'hui disparu (cliché de 1905)

Un ouvrage d'art à vocation purement pratique : via une plateforme suspendue, les marchandises enjambent le port sans gêner le trafic maritime, même celui des navires à grand tirant d'air. Une galerie supérieure permet aux piétons de traverser le Vieux-Port sans devoir en faire le tour complet. Craignant un débarquement par mer, il sera saboté en août 1944 par les Allemands et définivement détruit pas les Américains l'année suivante. En 2008, un projet proposera de le reconstuire mais restera sans lendemain malgré un vote favorable du Conseil municipal en 2013 (1), probablement faute d'intérêt économique et logistique indiscutable. Le Vieux-Port a donc retrouvé en partie sa physionomie qu'il avait au tout début du 20e siècle.

1. Pont transbordeur de Marseille - in Pont transbordeur

Provenance

Bibliothèque droit Schuman (Aix-en-Provence)
Fichiers
RES-31034_Batard-Razeliere_Port-Marseille.pdf

Citer ce document

Batard-Razelière, A.. Auteur, “Chambre (La) de commerce de Marseille et le port de Marseille en 1905,” Bibliothèque numérique patrimoniale, consulté le 20 octobre 2021, https://odyssee.univ-amu.fr/items/show/808.

Formats de sortie

Géolocalisation

Position : 789 (94 vues)

Bibliographie

Embed

Copy the code below into your web page